Musique

 

                                                           Musique

Les compositions du groupe sont dans la plus pure lignée du blues et du rock 'n' roll : mesure binaire (très appuyée chez AC/DC), gamme pentatonique (utilisée notamment en blues) et solo de guitare.

Les guitares saturées (le son Marshall), la voix grinçante et la hargne des morceaux rangent AC/DC dans la catégorie hard rock.

La musique d'AC/DC est donc encore à cet égard empreinte de blues aussi bien dans les solos (Touch Too Much, ...) que dans les riffs (The Jack, Stiff Upper Lip, ...).

La palette d'accords employée par les frères Young est assez simple, les accords de Mi5, La5, Si5, Ré5 revenant le plus souvent (excepté dans l'album The Razors Edge et dans certains titres de Ballbreaker).

La discographie d'AC/DC est aussi particulièrement homogène au niveau du style. La musique du groupe a évolué depuis sa formation, mais son orientation est restée la même. Leurs deux succès majeurs resteront Highway to Hell pour la période Bon Scott et Back in Black sous Brian Johnson.

Évolution du son de la musique du groupe

On peut remarquer que le son d'AC/DC a évolué au fil des années. On distingue trois périodes majeures :

  • De 1980 à 1993, le son évolue : dès l'album Back in Black, on constate un changement : le son devient plus chaud, plus grave, et la distorsion a été augmentée.[réf. nécessaire]

Tout au long des années 1980 et jusqu'en 1992, on peut remarquer dans les albums une évolution, allant d'un son que l'on qualifierait aujourd'hui de classic rock vers un son plus heavy metal. Concrètement, en studio, AC/DC expérimente, tout comme les autres groupes les nouveaux effets (cela reste quand même discret). Les niveaux de distorsion deviennent plus importants. À cette époque, Angus et Malcolm utilisaient sûrement divers overdrives et pré-amplis sur leurs Marshall. La plus grosse étape fut franchie avec l'utilisation de têtes d'amplis Mesa Boogie pour l'album The Razors Edge et l'album Live qui a suivi.

  • De 1994 à maintenant, le groupe cherche à renouer avec ses racines, le son est plus bluesy.

L'album Ballbreaker constitue une rupture par rapport à The Razors Edge.[81]
Stiff Upper Lip confirme ce retour aux sources. Il est l'album le plus bluesy du groupe.[82]
Cependant, le dernier album, Black Ice, est moins bluesy que les deux précédents et a un son plus moderne que les albums habituels d'AC/DC.

Matériel des guitaristes

Articles détaillés : Angus Young et Malcolm Young.

Les frères Young utilisent principalement des Marshall JTM 45 en studio et des Marshall SLP 1959 100W en concert. Angus Young a toujours été fidèle à la Gibson SG, bien qu'il en utilise 25 modèles différents, Malcolm Young, quant à lui utilise la même Gretsch Jet Firebird avec le micro chevalet raccordé directement sur la sortie jack (volume et tonalité déconnectés).[83][84

 

 

Hard rock ou heavy metal ?

On a parfois qualifié la musique d'AC/DC de heavy metal mais cette classification est sujette à controverse et à malentendu. Pour certains auteurs, il s'agit de heavy metal, tandis que d'autres nient catégoriquement cette classification.

Le DJ et chroniqueur Ian Christe (en), dans son livre Sound of the beast : l'histoire définitive du Heavy Metal, parle d'AC/DC comme d'un groupe de heavy metal et considère Back in Black comme faisant parti des 5 meilleurs albums de heavy metal au monde.[85] Également, L'histoire illustrée du rock & roll par le magazine Rolling Stone classe AC/DC dans le heavy metal.[86]

En revanche, pour l'historien du rock Clinton Walker: « Dire d'AC/DC qu'ils étaient un groupe de heavy metal dans les années 1970 est aussi faux que de dire qu'ils le sont aujourd'hui. C'est un groupe de rock 'n' roll qui est juste assez heavy[note 2] pour le metal. ».[87] De leurs côtés, L'encyclopédie de toutes les musiques de Paul Du Noyer[88] et celle du Metal de Garry Sharpe-Young[89] stipulent qu'AC/DC ne joue pas du heavy metal mais du hard rock. Garry Sharpe-Young ajoute que le groupe lui-même rejette l'étiquette de heavy metal[89]. Le musicologue américain Robert Walser cite également Angus Young à ce sujet: « Je déteste ce terme heavy metal ».[90]

Cette apparente contradiction s'explique principalement par le fait que le terme heavy metal peut être employé dans plusieurs sens distincts qui peuvent entraîner un certain nombre de confusions chez les fans, voire chez les chroniqueurs. Comme l'explique le Dictionnaire du rock de A à L[91], le terme « heavy metal », dans son sens originel, peut être employé comme un synonyme de hard rock, (c'est le sens dans lequel il est le plus souvent employé aux États-Unis par exemple[91]), mais l'emploi du terme a évolué au cours des années 1980 et est aussi souvent employé pour se référer à un autre genre plus incisif qui s'est éloigné du hard rock à la fin des années 1970[91] (à savoir le heavy metal traditionnel). D'où le malentendu constant à ce sujet.

Si on emploie le terme dans le sens originel des années 1970, en effet AC/DC peut être considéré comme du heavy metal. Mais si on emploie le terme dans l'autre sens qui se réfère plutôt à des groupes plus incisifs comme Judas Priest, Black Sabbath ou Accept, alors AC/DC ne peut être considéré comme du heavy metal à proprement parler, même pour des albums comme The Razors Edge. Le heavy metal entendu dans ce sens se caractérise par une distanciation des racines blues[91],[89], pour privilégier certaines harmonies plus froides de la modalité diatonique. Or la musique d'AC/DC au contraire reste proche de la structure commune au blues et au rock[92].

C'est donc ici un malentendu sur la terminologie qui explique le désaccord apparent entre les différents spécialistes.

Groupe australien ou britannique ?

Bien que le groupe soit défini comme étant australien, AC/DC ne compte dans sa formation (depuis que Mark Evans a quitté le groupe en 1977) que Phil Rudd qui soit natif d'Australie. Pendant la période où le batteur était  Simon Wright
puis Chris Slade, les membres étaient tous natifs du Royaume-Uni. La légende australienne vient de l'enfance des frères Young et de Bon (tous les trois nés en Écosse) qui ont tous trois grandi en Australie et du fait que le groupe y a fait ses débuts.

L'influence du groupe

En plus d'être l'un des groupes les plus connus du monde, AC/DC fait partie des groupes qui ont le plus d'influence. Parmi les groupes qui sont clairement influencés par AC/DC, on peut trouver par exemple Guns N' Roses , Megadeth , Mötley Crüe , Kiss , Whitesnake , Rose Tattoo Accept , Helix , D.A.D. , Cinderella , Britny Fox , The Cult , Quiet Riot, Fastway, Poison , Twisted Sister , Nazareth et plus récemment Jet , The Darkness , Danko Jones , Koritni. D'autres groupes sont même considérés par certains comme des copies d'AC/DC comme par exemple Krokus , Rhino Bucket (qui comporte Simon Wright, un ancien batteur d'AC/DC) et Airbourne. Il existe également de nombreux groupes hommages (traduit par « tribute band » en anglais) à AC/DC; parmi les plus connus de ces groupes hommages on trouve Hayseed Dixie (qui fait aussi des reprises de d'autres groupes de hard rock), Lime Wire, AB/CD, ThundHerStruck, Hell's Belles et ACDShe (les trois derniers groupes cités sont composés uniquement de femmes).

La plupart des groupes de hard rock et de heavy metal créés après 1980 ont été d'une manière ou d'une autre influencés par AC/DC.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !