Le Meurtre de Roger Ackroyd


Le Meurtre de Roger Ackroyd (The Murder of Roger Ackroyd est un roman policier d'Agatha Christie* écrit en 1926.


Malgré le grand nombre de critiques qu'il provoqua à l'époque, ce roman fut le premier succès d'Agatha Christie.


De l'avis de nombreux lecteurs, il s'agirait d'une de ses meilleures histoires.



 

Les personnages

 

  • Le Dr Sheppard, le narrateur, médecin ;
  • Roger Ackroyd, la victime ;
  • Le détectiveHercule Poirot*
  • Caroline Sheppard, la sœur du Dr Sheppard ;
  • Parker, le majordome de Roger Ackroyd ;
  • Mrs Ackroyd, la belle-sœur de la victime ;
  • Miss Flora Ackoyd, nièce de la victime (et fille de Mrs Ackroyd) ;
  • Ralph Paton, Roger Ackroyd est son beau père qui le considère comme son fils ;
  • Ursula Bourne ou Ursula Paton (mariée avec Ralph Paton) la femme de chambre de Roger Ackroyd ;
  • Miss Russel, la gouvernante de Roger Ackroyd , mère de Charles Kent (ce qui ne sera révélé qu'à la fin) ;
  • Geoffrey Raymond, le secrétaire de Roger Ackroyd ;
  • Major Hector Blunt, ami de Roger Ackroyd.

    Le résumé

    Le Dr. Sheppard a été appelé par Roger Ackroyd qui habitait Fernly Park, une immense propriété dans la campagne anglaise. C’était un grand industriel mais aussi un ami très proche du docteur Sheppard. Roger Ackroyd venait de recevoir une lettre capitale de la femme qu’il aimait, Mrs Ferrars. Elle lui révélait qu’elle était victime d’un chantage mais également le nom du maître chanteur. Mrs Ferrars avait écrit cette lettre avant de se suicider par remords d’avoir empoisonné son mari.

    Avant d'avoir pu lire la lettre, le soir-même, Roger Ackroyd fut poignardé dans la nuque, alors qu’il était dans son cabinet de travail fermé de l’intérieur. La police arriva sur les lieux et commença son enquête en questionnant tous les domestiques et les membres de la famille. Il y avait :


    • La gouvernante, miss Elizabeth Russell
    • Le secrétaire de Roger Ackroyd, Geoffrey Raymond,
    • John Parker, le maître d’hôtel,
    • Hector Blunt, un très bon ami des Ackroyd qui venait chaque année,
    • La belle-sœur du mort, Mrs. Cyrille Ackroyd et
    • Miss Flora Ackroyd, la fille de celle-ci.

    Le seul manquant à l’appel était Ralph Paton, le fils adoptif de Roger Ackroyd. Il avait disparu. Le lendemain, peu convaincue par l'enquêteur de la police, miss Ackroyd fit appel à un détective privé de renom, le belge Hercule Poirot*, qui venait de prendre sa retraite dans la région, à King’s Abbot. Hercule Poirot* les assaillit de questions, et à chaque réponse, une nouvelle énigme ou un nouvel indice apparaissait. Le docteur Sheppard, le narrateur, devint le confident et l'allié de Poirot* dans l'enquête ; sa sœur Caroline s'amusa à tenir au courant le détective de toutes les rumeurs du village.

    Poirot constata que le meurtre eut lieu aux environs de neuf heures et demi. Le lendemain, il retourna sur le lieu du crime. Le Dr. Sheppard et Poirot* surprirent une conversation entre miss Ackroyd et le major Blunt. Miss Ackroyd informait ce dernier que Roger Ackroyd lui léguait une somme de 20 000 livres. Une fois Miss Ackroyd et le major Blunt partis, Poirot* et Sheppard s’approchèrent du bassin à poisson.Poirot* y remarqua une alliance de femme où il était inscrit : Donné par R., le 13 mars. En continuant leur ballade et poussés par la curiosité, ils allèrent visiter le pavillon d’été. Poirot* y trouva un tuyau de plume, ustensile souvent utilisé pour inhaler de la drogue, ainsi qu’un bout de tissu blanc.

    Poirot* avait le don d’imaginer et de formuler des hypothèses plausibles avant tout le monde. Intrigué par les comportements des domestiques, il demanda à Mr. Raymond de lui signaler toute action suspecte survenue ces derniers jours. Dans ce contexte, une femme de chambre, Ursula Bourne, avait été renvoyée par Roger Ackroyd très peu de temps avant le meurtre. Il semblerait qu’elle ait manipulé des papiers importants se trouvant sur le bureau d’Ackroyd.

    Ralph Paton ne se montrait toujours pas. Sa fiancée, miss Ackroyd, était désespérée. Tous les soupçons convergeaient alors sur lui. Elle continuait cependant de clamer son innocence malgré le fait que les empreintes des chaussures de son fiancé aient été retrouvées devant la fenêtre où avait eu lieu le meurtre. C’était alors un coupable tout trouvé. Deux jours passèrent sans que Poirot ne révèle de nouveaux indices.

    Il avait interrogé tout le monde, y compris Caroline. Le lendemain, il invita tout le monde à une petite réunion chez lui. Il leur dit avec un air accusateur que chacun d’entre eux avait quelque chose à dissimuler et que malgré les difficultés il finirait par découvrir le vrai coupable.

    Le premier à avouer ses fautes fut Geoffrey Raymond. Il avait des dettes et il savait que Roger Ackroyd léguerait cinq cents livres à chaque domestique, 10 000 livres à Mrs. Ackroyd et toute sa société, spécialisée dans les roues automobiles et sa demeure à Ralph Paton. Puis, Poirot* réussit à extorquer le secret de Parker. Celui-ci avait fait chanter son précédent employeur ; il avait donc peur qu’on l’accuse du chantage de Mrs. Ferrars. Le lendemain, ce fut au tour de miss Russell, qui avait un fils caché qui se droguait. Il s’appelait Charles Kent, était majeur, mais vivait dans la rue, et était sans emploi.

    Poirot* se faisait une idée de plus en plus précise du meurtrier. Mrs Ackroyd dit finalement à Poirot* qu’elle avait volé de l’argent. Ursula Bourne, la femme de chambre, décida de tout avouer aussi. Elle et Ralph s’étaient mariés il y a quelques mois dans le dos de miss Flora. Seul Roger Ackroyd était au courant, et c’est pour cette raison qu’elle avait été renvoyée. Cela expliquait aussi la présence de l’alliance retrouvée dans le bassin.

    Le lendemain, tout le monde fut invité chez Hercule Poirot*. Il allait leur dévoiler le nom de l’assassin. La famille et les domestiques s’installèrent, y compris Ursula Bourne. Il commença à leur expliquer toute l'affaire depuis le début. Il leur expliqua que miss Russell rencontra son fils dans le pavillon, que Ralph Paton et Ursula Bourne se rencontraient aussi dans le pavillon d’été ce qui expliquait les traces des chaussures de Ralph Paton et la présence du bout de chiffon appartenant à l’uniforme d’Ursula Bourne. Par la même occasion, il les avertit que le meurtrier était dans la salle.

  •  

    Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.
    À cet instant-là Poirot* fit entrer Ralph Paton. On aboutit au dénouement de l’histoire lorsque le docteur Sheppard passa aux aveux. C’était lui aussi qui avait caché Ralph Paton dans une clinique. Après l’aveu de Sheppard, Poirot* demanda à ce dernier de rester, alors que les autres participants de la réunion se retiraient. Poirot* dit alors qu’il avait tout découvert et qu’il savait qu’il faisait chanter Mme Ferras. C'était lui, Sheppard, qui avait tué Roger Ackroyd pour qu’il ne découvre pas qu’il était le maître chanteur. Bien que le docteur soit un assassin, Poirot* voulait protéger sa réputation, afin d'épargner à sa sœur Caroline le choc de la nouvelle. Il lui laissa donc deux alternatives : aller en prison ou se suicider en faisant croire à une overdose. Sheppard choisit la mort.


 

3 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 12/03/2013