7) Seconde Guerre Mondiale

1944
20 juillet

Tentative d'assassinat contre Hitler


Assistant à une réunion au quartier général de Rastenburg, le "Führer" échappe à une tentative d'assassinat fomentée par la noblesse militaire allemande. Le comte Claus von Stauffenberg, chef d'état-major des armées de l'Intérieur, organise l'attentat dans le but de restaurer la monarchie ou du moins de mettre en place une dictature conservatrice. Il dépose lui-même une valise piégée sous la table de réunion et quitte la salle. Mais la valise est fortuitement déplacée. Elle explose vers midi, loin d'Hitler. Il n'est que légèrement blessé. Stauffenberg sera exécuté le soir même et remplacé par Himmler.
Voir aussi : Assassinat - Hitler - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

 

 

1944
4 août

Arrestation d'Anne Frank


Après avoir passé deux ans dans la partie désaffectée d’un immeuble d’Amsterdam, l'"Annexe", Anne Frank et sa famille sont arrêtés par la Gestapo. Anne Frank mourra en mars 1945 au camp de Bergen-Belsen (Allemagne). Une amie de la famille, Miep Gies, retrouvera son journal et le remettra à son père, Otto Frank, le seul survivant des camps.

1944
15 août

Débarquement en Provence


Composé essentiellement de français des colonies, le débarquement de Provence, baptisé "Anvil" (enclume), débute par un parachutage de troupes suivi d’un débarquement sur la côte. L’opération, engageant plus de 300 000 hommes, est de moindre envergure qu’en Normandie mais elle obtient une avance plus rapide, les nazis ayant envoyé des renforts vers le nord. Les villes de Marseille, Toulon ou encore Grenoble, seront libérées en moins de dix jours.
Voir aussi : Histoire de la Provence - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1944
25 août

"Paris libéré..."


Le général Leclerc reçoit à Paris, devant la gare Montparnasse, la capitulation des troupes allemandes. Débarqué en Normandie à la tête de la 2ème division blindée deux mois plus tôt, il est le premier Français libre à entrer dans la capitale par la porte d'Orléans. Le général von Choltitz, commandant les troupes allemandes, avait entamé deux semaines plus tôt l'évacuation de la ville en prévision de l'arrivée des Alliers. Le soir même, le général de Gaulle s'installe au ministère de la Guerre en qualité de chef du gouvernement provisoire.
Voir aussi : Histoire de Paris - Libération - Histoire de La Libération - Général Leclerc - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1944
27 octobre

La marine nippone brisée dans Golfe de Leyte


La plus grande bataille navale de l’histoire se termine par la quasi-destruction de la marine Japonaise dans le Pacifique. En l’espace de cinq jours, les nippons ont perdu la moitié de leur tonnage face à une marine américaine supérieure en nombre. Désormais, celle-ci maîtrise en grande partie l’océan Pacifique et peut faire route vers Okinawa avant de s’attaquer directement au Japon.
Voir aussi : Bataille navale - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1944
23 novembre

Libération de Strasbourg


La deuxième division blindée du général Leclerc entre dans Strasbourg après avoir parcouru plus de 100 km en 6 jours. La ville est libérée et 12 500 soldats allemands sont faits prisonniers. Leclerc s'adressera aux Alsaciens en ces termes: " […] la flèche de votre cathédrale est demeurée notre obsession. Nous avions juré d'y arborer de nouveau les couleurs nationales. C'est chose faite.
Voir aussi : Libération - Histoire de La Libération - Histoire de Strasbourg - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1944
16 décembre

Contre-offensive allemande dans les Ardennes


Les Allemands, sous le commandement du maréchal Von Rundstedt, lancent une ultime et puissante contre-offensive contre les Américains dans les Ardennes. Ce dernier assaut, immortalisé par la bataille de Bastogne, est un combat vigoureux qui se traduit par une avancée nazi jusqu’au 23 décembre. Mais dès le 26, les troupes allemandes sont contraintes de battre en retraite et stopperont l’opération en janvier. Elles ont perdu des dizaines de milliers d’hommes parmi ses meilleures unités et Von Rundstedt lui-même sera fait prisonnier par les Anglais.
Voir aussi : Bataille - Histoire des Ardennes - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
17 janvier

Libération de la Pologne


L'Armée Rouge entre dans Varsovie en ruines. La capitale polonaise est libérée après plus de cinq ans d'occupation allemande. Les Juifs qui constituaient une grande partie de la population ont été exterminés par centaines de milliers dans les camps de concentration ou à l'intérieur même du ghetto. Varsovie compte à sa libération dix fois moins d'habitants qu'à la veille de la guerre.
Voir aussi : Dossier histoire de l' URSS - Libération - Histoire de Varsovie - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
27 janvier

Libération d'Auschwitz


L'Armée Rouge entre dans le principal camps d'extermination nazi. Elle y découvre 7 500 rescapés à bout de forces. Certains ont réussi à se procurer des armes et se sont révoltés contre les derniers SS. Entre le printemps 1942 et l'hiver 1945, 1,5 million de détenus ont été exterminés à Auschwitz.
Voir aussi : Libération - Histoire d'Auschwitz - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
6 février

Exécution de Robert Brasillach


A 36 ans, le journaliste et écrivain français d'extrême-droite est exécuté au fort de Montrouge. De 1937 à 1943, Robert Brasillach avait été le rédacteur en chef de la revue "Je suis partout" dans laquelle il avait diffusé ses idées antisémites, anti-communistes, pro-nazis et pro-franquistes. A partir de 1941, il prôna les bienfaits de la collaboration et s'opposa violemment à la Résistance. L'auteur de "L'Enfant de la nuit" (1934) et de "Les Cadets de l'Alcazar" (1936) est condamné à mort à la Libération. François Mauriac, Paul Claudel et Paul Valéry se mobiliseront contre cette condamnation qu'ils jugent trop radicale. Le 19 janvier, à l'énoncé du verdict, Brasillach aura ces mots : "J'ai vécu en Allemagne, je l'ai aimé. J'ai souhaité la victoire de certains de ses principes.
Voir aussi : Exécution - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
13 février

Bombardement de Dresde


La capitale de la Saxe est rasée par l'aviation alliée. L'attaque commence le soir par une première vague de 244 bombardiers Lancaster britanniques et canadiens qui déferlent sur la ville. Un incendie géant se déclenche dans le centre ville. Une deuxième et une troisième vague de bombardements anéantiront définitivement Dresde. En quatre jours, le feu ravage 20 km². Le nombre de morts, en majorité des civils venus se réfugier dans la ville, a fait l'objet d'un vif débat. Si les chiffres de 250 000 morts ou 135 000 ont été longtemps considérés comme probables, une étude collégiale les a ramené à 35 000. Dresde était dépourvue de système de défense antiaérienne.
Voir aussi : Bombardement - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
1 avril

Les Américains s'attaquent à Okinawa


Après s’être emparés avec peine de la petite île d’Iwo-Jima en mars, les Américains débarquent à Okinawa. Mais plus ils se rapprochent du Japon, plus la résistance des Japonais est rude. Ainsi, après avoir perdu 6 000 hommes à Iwo-Jima, les Américains vont devoir combattre jusqu’à la fin du mois de juin et perdre près de 16 000 marines. Ils doivent également subir les attaques kamikazes qui sapent le moral des troupes. Mais côté adverse, on compte plus de 100 000 victimes et le Japon est désormais à portée des bombardiers qui peuvent le pilonner. Cette résistance acharnée de l'armée nippone convaincra les Etats-Unis d’utiliser la bombe atomique.
Voir aussi : Okinawa - Histoire de la Deuxième Guerre mondiale

   
1945
26 avril

Pétain se constitue prisonnier


Le maréchal Philippe Pétain quitte l'Allemagne, passe en Suisse et se rend aux troupes alliées. En 1940, il avait signé l'armistice avec l'Allemagne, installé son gouvernement à Vichy et commencé une politique de collaboration. En 1945, il sera condamné à mort par la Haute Cour, mais le général de Gaulle commuera sa peine en détention perpétuelle. Il mourra à l'île d'Yeu en 1951.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !