La descendance du Christ

 

Selon le Da Vinci Code, la mission du Prieuré de Sion (une fraude punie par la justice française) serait de protéger la dynastie mérovingienne, qui descendrait directement de Jésus le Christ ou Oint et Marie Madeleine. (Les Évangiles mentionnent six femmes du nom de Marie, il s'agit ici de Marie de Magdala, disciple de Jésus qui le reconnut ressuscité près de son tombeau, confondue avec les autres par une tradition séculaire. Ces autres femmes sont notamment la femme “ pécheresse ” qui oignit de parfum les pieds du sauveur et obtint son pardon, Marie de Béthanie, la sœur de Marthe et de Lazare qui oignit la tête et les pieds de Jésus et une autre pécheresse que Jésus sauva de la lapidation.)

Au chapitre 58, Dan Brown indique que Jésus et Marie Magdeleine étaient tous deux d’ascendance royale, Jésus appartiendrait à la maison de David et Marie Madeleine, à la Tribu de Benjamin.

Dan Brown base aussi ses affirmations sur l'Évangile de Philippe : un évangile apocryphe déjà classé postérieur à la rédaction des évangiles de la Bible, écrits au Ier siècle. Ce texte est connu depuis les débuts du christianisme et n’a donc jamais été caché par l’Église(contrairement aux affirmations de l'auteur).

Au chapitre 60, il affirme que leur enfant était une fille prénommée Sarah (qui signifie "princesse" en hébreu) et que le Saint-Graal n'est pas une coupe ayant servi au Christ lors de son dernier repas avec ses apôtres, mais Marie elle-même. Après la mort de Jésus, sa lignée se serait ensuite mêlée à celle des Mérovingiens. Le Vatican aurait œuvré pour que l’existence d’une lignée descendant du Christ reste secrète. C’est pour cela qu’il aurait fait assassiner son descendant Dagobert par Pépin de Herstal, mais la lignée se serait prolongée avec un fils, Sigisbert. Godefroy de Bouillon, fondateur du Prieuré de Sion, ferait partie de cette lignée (cependant, seul le fait que Dagobert soit mort assassiné par Pépin de Herstal est considéré comme historique ).

Pour justifier l'affirmation de l'union du Christ à une femme, le roman indique que dans le contexte social de l'époque, ne pas être marié après 20 ans relève presque de l'impossible, en citant entre autres les Manuscrits de la mer Morte. Ces documents relatent l'Ancien Testament tel que le vivait la puissante secte des Esséniens. De plus, selon l’Évangile, Jésus, abordant avec ses disciples la question de savoir si le célibat était préférable au mariage, leur aurait dit qu'il existait différent célibats: volontaire, voulu par la Nature (gais mais aussi eunuques involontaires) ou par les "hommes"(voir Matthieu 19:10-12)).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !