L'inscription de Goulston Street

 

Après le double crime du 30 septembre, la police inspecta les lieux à la recherche d'indices ou de témoins.

 

Vers 3 heures du matin, un inspecteur nommé Alfred Long découvrit un morceau de tablier taché de sang dans Goulston Street, à environ dix minutes à pied du lieu où Catherine Eddowes* avait été assassinée.

 

Cherchant d'autres indices, Long découvrit alors une inscription sur un mur près du morceau de tablier. Le texte en était :

« The Juwes are the men That Will not be Blamed for nothing »

 Les juifs sont les hommes qui ne seront accusés pour rien »).

 

On supposa que l'inscription était récente, car dans le cas contraire, une des nombreuses personnes vivant dans les appartements voisins l'aurait effacée. Afin de ne pas éveiller de mouvements antisémites, l’inscription fut immédiatement notée puis effacée.

 

Les « ripperologues », en particulier Stephen Knight*, ont cependant relevé une curieuse corrélation entre la mauvaise orthographe du mot Juwes au lieu de Jews (juifs) et le nom de Jubelo, Jubela et Jubelum, (assassins de la légende d'Hiram*). Knight en déduit que Jack l’éventreur était franc-maçon*, ou en tout cas proche d'eux.

 

 

L'inscription trouvée sur le mur de Goulston Street (reproduction).

On notera l'emploi du terme Juwes.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 05/05/2014