Notoriété

 

Comparé à d'autres tueurs en série, Jack l'éventreur* n'a fait que peu de victimes.

 

Plusieurs raisons peuvent expliquer sa notoriété.

 

À l'époque des faits, les journaux étaient en pleine expansion et se livraient une bataille féroce dans la recherche du sensationnel.

 

Ensuite, l'acharnement et l'habileté du tueur sur ses victimes étaient particulièrement impressionnants : rares étaient ceux qui auraient pu égorger, décapiter et éventrer une femme avec une telle sauvagerie et en même temps une telle précision.

 

L'agilité de Jack l'éventreur* a également contribué à sa célébrité.

 

Plusieurs autres éléments ont permis à cet assassin d'entrer dans les annales du crime et dans la mémoire collective.

 

Le plus remarquable est certainement l'utilisation des média par l'éventreur lui-même, fait nouveau à l'époque.

 

De nombreuses lettres furent reçues par les journaux et la police ; ces lettres ont provoqué un effet boule de neige qui ont propulsé les méfaits du criminel à la une de l'actualité durant plusieurs mois.

 

La passion populaire qui en a résulté a été entretenue par les échecs répétés de la Metropolitan Police* (Scotland Yard).

 

Par la suite, il a été suggéré que la plupart des lettres signées en lettres de sang 'Votre humble serviteur Jack l'Éventreur' ne provient pas du criminel mais sans doute d'un journaliste du Star, nommé Bert, afin de faire monter les tirages.

 

La diversité des styles de ces lettres ajoute à la confusion et épaissit davantage le mystère.

 

Un autre élément est le mystère qui continue, aujourd'hui encore, à entourer la personnalité de Jack : la Metropolitan Police* n'a en effet jamais mis la main sur le meurtrier, ni même sur un suspect crédible.

 

Les spéculations, qui n'ont jamais cessé depuis le premier jour, continuent à susciter l'intérêt.

 

Enfin, l'East End de Londres, réceptacle de la misère dans une capitale tentaculaire, stimule l'imagination avec ses ruelles sombres, sa promiscuité, sa foule interlope, son air malsain chargé de maladies et son brouillard (plus fantasmé qu'avéré), un des nombreux aspects de la Révolution industrielle.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 09/05/2014