chronologie qui a changé la face du monde ( suite )

 

9h33 : Premiers flashs en France

A Paris, France 2 interrompt ses programmes à 15h33. Il est alors 9h33 à New York. Le premier flash de la journée n'évoque encore que "deux avions percutant le World Trade Center". Les tours sont encore debout au moment où les images sont diffusées. "En l'espace de 20 minutes, deux avions ont percuté les prestigieuses tours jumelles du World Trade Center [...]. Le temps était très clair, on voit mal comment un accident aurait pu se produire dans de telles conditions", lance un David Pujadas imperturbable à l'antenne. Un premier résumé des faits est élaboré. Il y en aura des dizaines d'autres, de TF1 à M6, au fil des événements.

9h37 : Troisième crash, le Pentagone

Les terroristes lancent le Boeing 757 du vol 77 sur l'aile Ouest du Pentagone à 850 km/heures, tuant les 59 personnes à bord et 125 militaires et personnels présents sur place. 106 personnes seront sérieusement brûlées lors de l'incendie qui suit. Cette fois, c'est la puissance militaire qui est visée. Vingt minutes plus tôt, Renee May, membre de l'équipage, avait appelé sa mère Nancy. La journaliste Barbara Olson, présente dans l'avion, avait aussi pu appeler son mari, le général Ted Olson. Grace à ces coups de fils, on sait que les passagers et l'équipage se trouvaient au fond de l'appareil lors du crash et qu'ils étaient probablement au courant des attaques sur le World Trade Center.

9h42 : Des mesures de sécurité

A 9h42, tous les vols en partance des Etats-Unis sont annulés. 4 500 avions sont priés de se poser en urgence à travers les Etats-Unis et le Canada (le dernier vol commercial se posera à 12h15). Peu avant 10h, la Maison Blanche et le Capitole ont été évacués. Le vice-président Dick Cheney et son personnel se sont réfugiés dans un bunker situé sous la Maison Blanche. Tous les officiels quittent progressivement les cibles potentielles des terroristes alors que des rumeurs parlent de nouvelles attaques à venir. A 11h, le maire de New York, Rudolph Giuliani, a aussi fait évacuer près de 1 million de résidents du sud de Manhattan.

9h59 : La tour n°2 s'écroule

Après un incendie de 56 minutes, la tour sud du World Trade Center s'écroule. Il lui faudra 10 secondes à peine pour disparaitre totalement du paysage urbain dans un épais nuage de fumée. On sait que 600 travailleurs et personnels de secours se situaient dans le building et dans le périmètre de la tour au moment où celle-ci a cédé. Une fois encore, les vidéos amateur se succèdent et montrent, pendant plusieurs jours, l'inconcevable sous tous ses angles. Ici, une vidéo amateur d'un médecin new-yorkais, diffusée dans le journal télévisé de France 2 le lendemain du drame.

10h : Déclaration de Jacques Chirac

En déplacement à Rennes, en Bretagne, pour l'inauguration de la faculté de Ker Lann, Jacques Chirac informe ses hôtes qu'il doit "rentrer immédiatement à paris". Il est 16h en France (10h aux Etats-Unis). C'est son premiers discours, "à chaud" après les attentats. Il dit alors l'émotion de la France, la solidarité des Français avec le peuple américain, le soutien total de la France au président américain George Bush. Il condamne le terrorisme. Sans attendre le retour du président de la République à Paris, Lionel Jospin a déjà décidé depuis une heure de renforcer le plan Vigipirate dans l'Hexagone.

10h03 : Quatrième crash en Pennsylvanie

A 10 heures, le 11 septembre 2001, les événements s'accélèrent. Treize des 40 passagers et membres de l'équipage du vol 93 d'United Airlines tentent de contacter des personnes au sol. Six apprennent ce qui s'est passé au World Trade Center. Un vote aurait alors eu lieu dans l'appareil pour mener une contre-attaque en vue de déjouer les plans des terroristes. Face à cette révolte des passagers, plus nombreux, les terroristes auraient alors délibérément précipité le crash du Boeing 757. Ce dernier achèvera sa course dans un champ, en Pennsylvanie. Il se situait à environ 20 minutes de Washington, sa cible présumée.

10h15 : Une aile du Pentagone cède

La partie endommagée du Pentagone, connue sous le nom de "E-Ring", s'écroule à son tour faisant peu de blessés. Le bâtiment a depuis longtemps été évacué. Le Pentagone sera d'ailleurs au centre des théories du complot qui ont fleuri après les attentats. Aucun avion n'est en effet visible sur les premières images diffusées dans les médias. On prétend qu'une manœuvre pour jeter un avion contre le Pentagone est trop complexe. La thèse d'un simple missile émerge. Selon les "conspirationnistes", les attentats ont été fomentés par le gouvernement américain pour justifier l'invasion de l'Afghanistan et de l'Irak.

10h28 : La tour n°1 s'écroule

La tour nord du World Trade Center s'effondre après avoir brûlé pendant 1 heure et 42 minutes. Sept heures plus tard, à 17h20, le building numéro 7 du World Trade Center s'écroulera à son tour sous les flammes. Lui n'a pas été percuté par un avion, mais les réseaux d'eau étant totalement coupés à cause de l'attentat, les secouristes ne seraient pas parvenus à stopper l'incendie qui l'a consumé. L'effondrement des immeubles du World Trade Center fait rapidement du chiffrage des victimes une obsession. Ce reportage montre la tour nord s'effondrer avant de se pencher sur le nombre de victimes. Plus de 3 000 apprendra-t-on plus tard.

12h30 : Miracles dans les débris

Vers 12h30, 14 personnes sont repérées dans une section de la tour nord qui a miraculeusement survécu à l'effondrement. Ils s'étaient réfugiés à l'intérieur d'une cage d'escalier. Dans les heures qui suivent les effondrements, de nombreux secouristes, des volontaires comme des professionnels, sortent ainsi des débris des tours et se remettent au travail. A 15h, ils ressortent un rescapé des gravats, Pasquale Buzzeli. A 20h, le sergent John McLoughlin et l'officier William Jimeno sont eux aussi extraits des débris après une opération périlleuse. Genelle Guzman-Mc Millan sera la dernière rescapée à être trouvée vivante dans les gravats, 27 heures après l'attaque.

20h30 : George Bush s'adresse aux Américains

A 20h30,George Bush, de retour à la Maison Blanche, s'adresse au Américains. Une rapide intervention à l'école de Sarasota dans la journée est passée presque inaperçue. C'est donc son premier vrai discours après le drame. "Les attentats terroristes peuvent secouer les fondations de nos immeubles, mais ne peuvent pas ébranler les fondations de l'Amérique", dit-il. "Nous sommes unis pour gagner la guerre contre le terrorisme." Une nouvelle page va s'ouvrir bientôt avec l'intervention militaire en Afghanistan et la traque de Ben Laden.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !