Pourvu qu’elles soient douces

Pourvu qu’elles soient douces

  est le neuvième single de la carrière de Mylène Farmer sorti en septembre 1988. Ce single est le troisième extrait de l’album Ainsi soit je… Il propose l’inédit Puisque comme face B

Histoire du single

Après le succès de la chanson Ainsi soit je..., Mylène Farmer choisit de sortir Pourvu qu'elles soient douces en tant que troisième single de l'album Ainsi soit je.... La chanson a été exportée en dehors de la France sous le titre Douces en Allemagne et aux Pays-Bas, avec une photo de pochette moins sexy . Elle est également sortie au Japon. En 2003, elle est remixée par Paul Oakenfold pour l'album RemixeS.

Paroles et musique

La musique, très dynamique (avec une intro au sonorité "Hip-Hop"), éclipse les mots très osés (beaucoup de gens n'ont pas encore compris le thème de la chanson). Dans le refrain, Mylène s'adresse à son amant qui ne pense qu'à ses fesses. Selon les fans, les critiques et Mylène Farmer elle-même, la chanson traite de la sodomie, alors que certains la considèrent comme une suite logique à son succès de 1986, Libertine, qui traite de la prostitution. Mylène Farmer a déclaré que Pourvu qu'elles soient douces était "un pamphlet écrit comme un revanche sur les hommes, les tabous, l'enfance."

Clip

Réalisé par Laurent Boutonnat, le clip vidéo a été filmé, durant sept jours, à Rambouillet. Il a été censuré à la télévision à cause de la présence de nudité féminine - en particulier de Mylène Farmer - et de sexe. Il s'intitule "Pourvu qu'elles soient douces - Libertine II", car il s'agit de la suite du clip  Libertine et se déroule pendant la Guerre de Sept Ans, au XVIIIème siècle. Des extraits ont été diffusés en exclusivité le 12 septembre 1988, dans le cadre de l'émission Nulle part ailleurs, sur Canal +. Il apparait dans le Livre des records en 1989 en tant que clip vidéo le plus cher (plus de 3 millions de francs, soit 450 000 euros), le plus long (17 minutes et 52 secondes) et avec le plus de figurants (environ 500).

L'histoire se passe le 18 août 1757. Un jeune enfant anglais avec un tambour découvre le corps couvert de sang de Libertine. Il appelle William, un soldat plus âgé, qui croit que Libertine est un homme, alors que l'enfant dit que c'est une femme. Plus tard ils réalisent qu'elle est toujours en vie et l'emmènent dans leur camp pour la soigner. Pendant ce temps, le capitaine de l'armée britannique se rend compte que ses troupes se sont trompées de route et se trouvent en France, au lieu d'être en Prusse (les dialogues, en anglais, sont sous-titrés en français). Puis, pendant que la chanson commence, le capitaine apporte une coupe de fruits à Libertine qui dort dans une tente. Avec son fouet, il soulève le drap pour regarder ses fesses, mais l'enfant au tambour entre et le surprend. Pour le punir, le capitaine le fouette devant les autres soldats. Il tend le fouet à Libertine, pensant qu'elle veut aussi fouetter l'enfant, mais elle se retourne et fouette le visage du capitaine.

Sous la tente, l'homme, très en colère, jette des vêtements à Libertine et la regarde se déshabiller. Elle casse une bouteille sur sa tête et s'enfuit à cheval. Le capitaine la suit, la retrouve blessée au pied d'un arbre et la ramène dans ses bras au camp. Pendant qu'ils font l'amour, la rivale de Libertine, de connivence avec l'armée française, amène des prostituées au camp afin de distraire les soldats britanniques. Le lendemain, l'armée française bombarde le camp anglais, pendant que la rivale tue le capitaine. Libertine, qui a vu toute la scène, se bat et finit par la tuer avec une baïonnette. Libertine prend l'enfant au tambour sur son cheval et quitte le camp brûlé sous les yeux de l'armée française. Le petit tambour, narrateur de l'histoire, rappelle que son père l'avait mis en garde contre la Mort et son grand cheval Noir : « si par malheur elle s'arrête devant toi, surtout ne la regarde pas, ne la regarde pas. ».

Le clip vidéo devait être projeté au cinéma en tant que bande-annonce, mais les producteurs avaient peur que la vidéo ne soit mieux que le film projeté après. Cependant, le clip a été diffusé en exclusivité le 6 octobre 1988 sur les Champs-Élysées. Le clip a été nommé aux Victoires de la Musique de 1989 mais n'a pas gagné.

Ce clip vidéo figure sur les DVD Les Clips Vol. II et Music Videos I.

La musique qui accompagne le générique de fin est la version instrumentale de la chanson Puisque..., face B du single. Cette chanson figure sur l'édition long-box du best-of Les mots

 

 

Supports commerce

45 tours

  • Face A : Pourvu qu’elles soient douces 4:10

Maxi 45 tours

  • Face A :
  1. Pourvu qu’elles soient douces (Remix Club) 6:30
  • Face B :
  1. Pourvu qu'elles soient douces (Single Version) 4:10
  2. Puisque 5:10

Maxi CD

  1. Pourvu qu’elles soient douces (Remix Club) 6:30
  2. Puisque 5:10
  3. Pourvu qu’elles soient douces (Single Version) 4:10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !