L'histoire de Nice

L'histoire de Nice commence par l'arrivée des grecs et des romains dans un pays occupé par les Ligures et les Celtes.
Les Grecs, au Vème siècle avant J.C. font de Nice (Nikaïa) un comptoir commercial sous la domination de Massalia.
Les Romains fondent entre l’an -13 et l’an -6, la province militaire des Alpes-Maritimes. Ils fondent Cemenelum sur la colline de Cimiez.

Avec la chute de l'empire romain, la Provence, à laquelle Nice appartient est récupérée par les francs ; les provençaux se rebellent ; Charles Martel réprime cruellement la population qui fuit les côtes pour l’intérieur des terres.
En 946, après le partage de Verdun, La Provence passe aux mains du royaume de Bourgogne. Cependant les Sarrasins font planer la terreur par leurs pillages. En 972, Guillaume "le libérateur" les repousse définitivement. Après une guerre de succession entre la maison comtale de Barcelone et la maison comtale d'Anjou, cette dernière remporte le trône de Provence.
Nice affirme alors son autonomie en négociant avec Gênes et Pise des traités d'alliances militaires et commerciales.
A partir de 1166, les comtes de Provence, organisent des campagnes pour rétablir leur autorité. La Provence récupère Nice en février 1230.
Le découpage administratif de la Provence en vigueries, divise le territoire en quatre zones :
- Nice avec la vallée des Paillon,
- Puget Théniers, de l'Esteron à la Tinée,
- Val de Lantosque, de la Vésubie à la Roya,
- Barcelonnette.

En 1315, les Grimaldi héritent de la seigneurie de Beuil.
Jeanne 1re, reine de Naples, monte sur le trône du Comté de Provence ; n’ayant pas d’héritier, l'histoire de Nice va s’accélérer : ses trois cousins, de la famille d'Anjou, convoitent la Provence.
Finalement les quatre vigueries se soumettent à l'autorité de la maison de Savoie: la dédition de Nice date du 28 Septembre 1388.
Au XVe siècle, la maison de Savoie donne à Nice une nouvelle organisation politique et administrative.
Au XVIe siècle, les Comtes de Savoie devenus Ducs de Savoie, font face aux prétentions françaises et s'allient aux Espagnols pour résister à François Ier. En 1543 Nice est assiégée. 20.000 hommes, français et turcs, débarquent en juin. Nice est sur le point de capituler lorsqu'une lavandière, Chaterine Ségurane repousse l'ennemi par son courage. La ville basse se rend le 22 août. Seul le Château résiste. L'ennemi se replie le 8 septembre à l'approche des renforts savoyards et espagnols. Les Français et leurs alliés laissent une ville meurtrie par le pillage.
En 1544, les français abandonnent leurs prétentions sur Nice et occupent la Savoie et le Piémont Occidental.
Le Duc Emmanuel-Philibert récupère l'ensemble de la Savoie et du Piémont. Il fait construire la Citadelle de Villefranche sur Mer et le Fort du Mont Alban. Le Château de Nice est entièrement militarisé.

Au XVIIe siècle, l'économie se centralise autour du port Lympia franc de Nice et de Villefranche sur Mer. Victor Amédée II rejette le nouveau protectorat des français. Louis XIV s'attaque alors aux états de Savoie: l'armée française détruit tout sur son passage. Le 12 mars 1691, 20.000 français assiègent Nice, qui capitule la 5 avril.
Louis XIV ordonne la destruction des fortifications. A la Paix d'Utrecht, Victor-Amédée II obtient de nombreux territoires ainsi que le royaume de Sardaigne: les Ducs de Savoie deviennent Rois de Sardaigne. Nice, la Savoie, le Piémont et la Sardaigne deviennent un ensemble « Les états Sardes ».

Au XVIIIe siècle, Nice est à nouveau secouée par les conflits contre les français.
Les rois de Sardaigne renforcent leur pouvoir sur Nice en modifiant les statuts.
Les officiers de la flotte anglaise, alliés des états de Sardaigne, et la visite du Suisse Sulzer ou de l'écossais Smolett, font la réputation du pays niçois : Les débuts de l'activité touristique…
En France, c’est la Révolution : 10.000 aristocrates viennent se réfugier à Nice. Les armées françaises déclarent la guerre aux états Sardes. La République franchit le Var le 28 Septembre 1792 tandis que la Savoie est déjà envahie. Le Comté de Nice et la Principauté de Monaco deviennent le département des Alpes-Maritimes. C’est alors une période difficile pour les niçois subissant une occupation française autoritaire.

En 1803, Napoléon nomme Marc Gratet du Bouchage préfet des Alpes-Maritimes. Cependant, l'hostilité envers la France demeure ; en 1814, la Sardaigne récupère ses territoires Niçois, Savoyard et Piémontais avec en plus l'ancienne République de Gênes. Les rois de Sardaigne disposent donc avec Gênes d'un grand port plus proche de Turin. Le port Lympia de Nice est relégué au second plan.
En 1853 le gouvernement Sarde décide de retirer à Nice et Villefranche sur Mer le statut de port franc. C’est la rupture entre les Niçois et la maison de Savoie.
Le Roi Victor-Emmanuel II, pour faciliter l’unité italienne, demande son appui à Napoléon III en échange duquel il lui cédera Nice et de la Savoie. En 1860, le Roi Victor-Emmanuel et Napoléon III poussent les Niçois à exprimer leur volonté d'être rattachés à la France par un plébiscite soigneusement préparé: Nice devient française.
Le Pays Niçois, amputé d'Isola,Sospel, Breil sur Roya, Saorge, Tende, et La Brigue, est rattaché à l'arrondissement de Grasse et forme le département des Alpes-Maritimes.

A la chute de l'Empire, les niçois se soulèvent. En 1871, trois députés sur quatre sont séparatistes (Garibaldi, Bergondi et Piccon). Auguste Raynaud est alors élu à la mairie de Nice. L'élection de Garibaldi est invalidée et Piccon, pour avoir proposé le retour de Nice au Duché de Savoie, est poussé à la démission.
Borriglione parvient à intégrer Nice à la France.

A la veille de la guerre 14-18, de nombreux français sont venus s'installer ; mais les immigrants italiens installés à Nice s'intègrent par le dialecte niçois, participant ainsi à la sauvegarde de la culture.
La Grande Guerre emporte 4000 Niçois. Les difficultés économiques réapparaissent.
La Seconde guerre éclate. Nice supporte l'occupation italienne ; puis celle de l’Allemagne.
Le 28 Août 1944, Nice est libérée de l'occupant nazi ; les combats dans le comté ne cesseront qu'au printemps 1945. En 1947, Les territoires de Tende et La Brigue, que l’Italie avait conservés en 1860 reviennent dans le comté niçois.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !