Recherche

La création de l'université de Nice Sophia-Antipolis a entraîné l'essor des activités de recherche, qui demeurent cependant peu développées par rapport à des villes comme Toulouse ou Rennes. L'université compte soixante-deux unités de recherche, cent seize équipes de recherche et trente-cinq laboratoires associés aux grands organismes de recherche (CNRSINSERMINRA ou CEA), six écoles doctorales, deux instituts fédératifs de recherche (IFR), neuf programmes pluri-formation (PPF), vingt-cinq équipes d'accueil (EA), trois « jeunes équipes », une Maison des sciences de l'homme et une plate forme Agrobiotech. Deux cent-huit thèses ont été soutenues en 2005. L'université accueille 1 448 doctorants80. La majorité des activités de recherche sont cependant implantées à Sophia-Antipolis, un technopole situé au nord d'Antibes et très mal relié à la ville . Nice devrait développer ses activités de recherche et d'enseignement supérieur si elle veut redevenir attractive et compétitive.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !