Transports

Les déplacements quotidiens à Nice sont très importants et difficiles. On estime qu'environ 310 000 personnes entrent et sortent de la ville chaque jour. Pour autant, les transports urbains ne sont pas satisfaisants. Le réseau routier est saturé et la topographie rend les liaisons transversales difficiles.

Une ligne de tramway reliant les quartiers Nord et Est au centre-ville a été ouverte en 2007 pour désengorger partiellement la ville. Une seconde ligne, orientée est-ouest, doit être construite vers 2012 afin de diminuer la circulation automobile sur la promenade des Anglais. Mais cet itinéraire est fortement contesté par un partie de la population et par l'opposition municipale qui propose un trajet alternatif sur l'avenue de la Californie qui permettrait selon eux de toucher plus de monde et serait plus pratique pour les actifs que la ligne est censée transporter. Nice ne compte aujourd'hui qu'une seule ligne de tramway (Strasbourg en possède cinq, Grenoble quatre, Bordeaux trois). La ville est paradoxalement mieux reliée à Paris (une heure et demie d'avion) qu'à Marseille et à Gênes (deux heures de train), ce qui freine son dynamisme et son attractivité.

Une ligne de TGV devrait relier Nice à Paris en passant par Toulon et Marseille, vers 2023.

 

Routes et autoroutes

 

 

 

 

 

 

Les principales voies rapides sont l'autoroute urbaine nord « AUN » (A8), desservant les quartiers nord de la ville grâce à ses six sorties et l'autoroute urbaine sud « AUS », dite voie Pierre Mathis ou « voie rapide », qui dessert quant à elle les quartiers sud, avec une dizaine de sorties. Pour les voies rapides Nord <→ Sud, la RD 6202, ancienne RN 202, assure une desserte complète de la plaine du Var à l'ouest de la ville, et la Pénétrante du Paillon quant à elle permet de relier les quartiers sud de la ville, aux quartiers nord comme l'Ariane et aux communes comme La TrinitéContes. Aujourd'hui la Côte d'Azur est saturée : le trafic de l'A8 entre Antibes et Nice est l'un des plus denses de France25. Le franchissement du Var voit s'écouler 230 000 véhicules par jour26.

La promenade des Anglais absorbe environ 100 000 véhicules par jour27.

Le trafic routier sur la Côte d'azur augmente chaque année de 5%, et les prévisions actuelles prévoient une saturation totale du réseau d'ici 2015 d’où l'importance de développer les transports en commun et de renforcer le réseau routier.

 

Autobus et tramway

 

 

 

 

 

 

 

 

Le réseau de transports en commun de la communauté urbaine Nice Côte d'Azur est nommé Lignes d'azur depuis janvier 2010 et est majoritairement exploité par une filiale de Veolia Transport, la Société nouvelle des transports de l'agglomération niçoise (ST2N). Celle-ci affrète aussi plusieurs lignes aux sociétés RCA, Broch, SAP, SAM, Abello, Bréma, TRAM, TANP. Ce nouveau réseau de transport est né de la fusion des réseaux Ligne d'azur et Transport Alpes-Maritimes (TAM). Le réseau Ligne d'azur, mis en place en 2005, avait déjà facilité la vie des voyageurs permettant de ne posséder qu'un seul abonnement, d'unifier les prix des tickets et d'assurer un meilleur service pour toutes les villes de l'agglomération de Nice.

La ville dispose depuis le 24 novembre 2007 d'une ligne de tramway reliant le nord à l'est de la ville en passant par le centre-ville. Deux autres lignes sont également en projet, dont la très attendue ligne 2 qui reliera l'est à l'ouest (Place Masséna - Aéroport), continuant même jusqu'à Cagnes-sur-Mer dans un deuxième temps. La ligne 3 devrait quant à elle relier la future gare TGV de Nice Saint-Augustin à Lingostière, pour une desserte de la Plaine duVar.

En remplacement de la carte Lignes d'azur, la région PACA souhaiterait mettre en place une carte unique, la carte Optima. Également à puce, celle-ci permettrait d'effectuer des voyages pour un euro sur les différents réseaux urbains des Alpes-Maritimes. Ainsi Optima facilitera les déplacements des usagers en offrant des correspondances entre le bus, le tram, le car, et le TER.
Ce système serait étendu prochainement à toute la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Toutefois, le maire de Nice, Christian Estrosi et le président du conseil général des Alpes-MaritimesÉric Ciotti, semblent pour le moment favoriser la mise en place de la Carte Azur, qui serait une carte unique (avec un seul abonnement) pour l'ensemble des réseaux de transport (hors TER et Chemin de fer de Provence) des Alpes-Maritimes. La carte Azur devrait entrer en service fin 2009.

 

Transports ferroviaires


 

 

 

 

La gare en 1865

 

 

 

Grâce à une urbanisation linéaire et continue, tous les habitants de l'aire urbaine de Nice (973 231 habitants) peuvent accéder au réseau TER Provence-Alpes-Côte d'Azur. La ligne principale étant la ligne 4 Mandelieu-la-Napoule - Vintimille desservant vingt-neuf gares dont les principales comme les gares de CannesAntibes-VilleCagnes-sur-MerNice St-AugustinNice-Ville, Nice-Riquier, MonacoMenton et VintimilleCette ligne est la ligneTER la plus empruntée de France après la région parisienne malgré une offre largement perfectible. Non cadencée, cette ligne est saturée et les trains doivent souvent refuser des voyageurs malgré les TER à double étage. Actuellement une troisième voie est en construction entre Antibes et Nice, afin de proposer un service de type RER cadencé au quart d'heure avec deux liaisons semi-directes intercalées à chaque heure. Il existe aussi d'autres lignes fréquentées comme la 4bis Cannes - Grasse, la 5 Nice - Cunéo et la ligne des chemins de fer de Provence Nice - Digne, mieux connue sous le nom pittoresque de Train de Pignes. La gare de Nice-Villeassure aussi des liaisons avec les autres métropoles françaises et avec les principales capitales européennes via le TGV. Depuis septembre 2010, un train international direct relie Nice à Moscou via Vintimille, Gênes, Milan,InnsbruckVienneVarsovie et Minsk.

 

 

Transports aériens

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le territoire communal de Nice, il n'existe qu'un seul aéroportl'aéroport Nice Côte d'Azur. L'aéroport a été administré jusqu'en 2008 par la Chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur à qui l'État l'avait concédé en 1956. Cette concession a été transférée le 25 juillet 2008 à la société anonyme Aéroports de la Côte d'Azur (ACA), créée à cet effet le 28 décembre 2006. La société administre également l'aéroport de Cannes - Mandelieu. L'aéroport de Nice rapproche la ville du monde entier, puisque l'essentiel de l'Europe, le Maghreb, l'Amérique ainsi que le Moyen-Orient sont reliés à la capitale de la Côte d´Azur par des liaisons quotidiennes.

Avec 10,4 millions de passagers en 2007, la plate-forme aéroportuaire de Nice se hisse à la troisième place des aéroports français en nombre de voyageurs, après ceux de Paris. Il est également le troisième aéroport francophone après les aéroports de la ville de Paris et l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal au Canada. Un trafic en augmentation de 4,5 % par rapport à l'année précédente le rapproche de sa capacité théorique maximale de 13 millions de voyageurs. Il est donc prévu d'agrandir une fois de plus l'aéroport en gagnant sur la mer. L'aéroport dispose de deux terminaux (voir : compagnies par terminal). NCE est le code AITA de l'aéroport Nice Côte d'Azur. LFMN est le code OACI de ce même aéroport. Il existe aussi sur la Côte d'azur une desserte par hélicoptères entre les deux aéroports azuréens et l'héliport de Monaco.

 

Transports maritimes

 

 

Le port Lympia ou port de Nice, fut construit à partir de 1745, aujourd'hui il assure principalement des liaisons avec la Corse, grâce aux NGV (navires à grande vitesse) ou aux transbordeurs. Le port de la ville appartient auconseil général des Alpes-Maritimes34 et est géré par la Chambre de commerce et d'industrie Nice Côte d'Azur35NI est le code de Nice selon la liste des quartiers maritimes.

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !