Mon nom est Personne

 

Mon nom est Personne

Date de sortie cinéma : 14 décembre 1973

Réalisé par Tonino Valerii, Sergio Leone
Avec Terence Hill, Henry Fonda, Jean Martin

Titre original : Il mio nome è Nessuno
Long-métrage français , italien . Genre : Western
Durée : 01h50min Année de production : 1973

 

 

Casting

Acteurs

 

 

   

  (  Personne )

( Jack Beauregard )

 

 

                   

                               

 

 

Neil Summers 

l'Anguille (Squirell)

     ( Sullivan )

( le leader de la Horde

 sauvage)

       (Sheriff)

    R.G. Armstrong

(L'homme à la bombe)

          

                               

    

  

Franco Angrisano

le conducteur de train

    Mario Brega

     ( Pedro )

     Leo Gordon 

        ( Red )

      Marc Mazza

    le pistollero en noir

        (Don John)

    Steve Kanaly 

   (le faux barbier)

              

Réalisation

Pays d'origine :

 Italie Italie

France France

République fédérale d'Allemagne RFA

 

Tonino Valerii

Sergio Leone

 Compositeur

 

Scénario

Durée Indication de la durée :

117 minutes

   

 

 Ennio Morricone

 

 Fulvio Morsella

Sergio Leone Ernesto Gastaldi

Commentaires

On peut percevoir ce film comme :

  • Un western élégiaque dans la lignée de ceux de Sam Peckinpah où on assiste à la « mort du vieil Ouest ». A l'époque « héroïque » succède le XXe siècle : Jack Bauregard constate amèrement que « même la violence a changé » ; la horde sauvage étant le parfait exemple de cette nouvelle violence à la fois organisée et anonyme.
  • Une métaphore : le western spaghetti, Terence Hill dans un rôle « à la Trinita », a « assassiné » le western classique américain représenté par Henry Fonda ; même le personnage qu'il interprète n'est certes pas vraiment tué... mais s'exilant en Europe.
  • Une simple « pochade » ou un « western spaghetti de plus ».
  • 

 Autour du film  

  • Un documentaire "Nobody is... Perfect" accompagne l'une des éditions dvd du fim. Il semblerait qu'il y ait eu des vives tensions entre Valerii et Leone pendant le tournage. Le "divorce" entre les deux hommes a été consommé lors de la "promotion du film" (le nom de Leone apparaissait au sommet des affiches,...).
  • Sergio Leone est crédité du scénario. Il semble qu'en fait Leone ait eu l'idée originale, que l'histoire ait été écrite par Fulvio Morsella (beau-frère de Leone) et Ernesto Gastaldi. Le scénario final a été écrit par Ernesto Gastaldi. Selon ce dernier, l'écriture a été très longue ("à un rythme biblique").
  • Certaines scènes ont été tournées par Sergio Leone : la première scène, le "duel de baffes" dans le saloon, probablement le "duel final"... et la "scène de la pissotière" (scène que Tonino Valerii trouve "affreuse". Valerii prétend que Leone a voulu inclure ce "gag" car il connaissait des problèmes de prostate).
  • Leone a produit un second western avec Terence Hill comme acteur : Un génie, deux associés, une cloche (Damiano Damiani, 1975). Ce film est sorti en Allemagne sous le nom "Nobody ist der Größte" laissant penser qu'il était une suite. Il a été aussi distribué aux USA sous forme de VHS sous le titre "Nobody's the Greatest.
  • Le nom « Personne » est une référence à l'épisode du cyclope dans L'Odyssée d'Homère.
  • « Personne » est ouvertement habillé comme "Trinita" ("On l'appelle Trinita", "On continue à l'appeler Trinita",...). Leone a, à plusieurs occasions, déclaré qu'il était consterné par cette série de "westerns spaghettis" parodiques.
  • Durant la scène du cimetière, on peut lire le nom de Sam Peckinpah (réalisateur, entre autres, de "la Horde sauvage") est sur l'une des tombes. La fête foraine du village est peut-être une référence à celle du début du film coups de feu dans la sierra du même Peckinpah.
  • Durant la scène du cimetière, le "duel des chapeaux" est une référence à "Et pour quelques dollars de plus" de Leone. Les "cache-poussières" des membres de la "hordes sauvage" évoquent ceux de la "bande de Cheyenne" dans "Il était une fois dans l'Ouest" du même Leone.
  • Un anachronisme : on peut voir une bouche d'incendie moderne lorsque les deux héros se trouvent à la Nouvelle-Orléans.
  • Avant les duels, Beauregard remonte régulièrement le bas de son gilet à un bouton pour dégager sa hanche. Lors du duel final, Beauregard constate que Personne tire plus vite que lui. Il faut regarder image par image pour voir en gros plan le bouton sauter et comprendre pourquoi Personne répète souvent à Jack Beauregard que sa vie "ne tient plus qu'à un fil".
  • La musique écrite par Ennio Morricone est, à l'instar du film, et pleine d'humour et de références. Le thème musical de la "horde sauvage" ("l'amas sauvage" sur le cd de la BO), où Morricone s'autoparodie, inclut une citation de la Chevauchée des Walkyries de Richard Wagner. Le "thème de Jack" ("Bonne Chance, Jack") inclut une brève citation de "My way" ("Comme d'habitude"). "My fault" emprunte aussi le début du thème de l'homme à l'harmonica d'"il était une fois dans l'ouest".
  • Le nom du défunt "frère" de Jack Beauregard "Nevada", dont Henri Fonda dit (dans la version française) qu'il était peu recommandable car prêt à tirer dans le dos de quelqu'un pour une poignée de dollars, est "Nevada Kid". Il ne s'agit pas d'une référence au western avec Clint Eastwood mais à un film italien méconnu "Per una bara piena di dollari" (titre USA : Nevada Kid) de 1971 avec notamment l'acteur Klaus Kinski (le héros veut se venger de la famille de Nevada Kid qui a tué ses frères hors-la-loi).
  • Dans le film Dead Man de Jim Jarmusch, un des personnages principaux, interrogé sur son nom, réplique : My name is nobody. (« Mon nom est personne. »).
  • Le groupe français de Rock Dionysos a repris le titre du film a sa sauce sur son album Monsters in love avec une chanson nommée Mon ombre est Personne.
  • Le trio d'humoristes "Les inconnus" avaient fait un sketch sur le thème d'une agence de publicité dont l'un des personnages s'appelait Jack Beauregard.
  • Quelques citations

  • Personne : « Le seul moyen d’allonger la vie, c’est d’essayer de ne pas la raccourcir. »
  • Personne : « Bienheureux celui qui partage avec son prochain le poids de la vie. »
  • Personne : « On rencontre quelquefois son destin sur la route qu'on a pris pour l'éviter. »
  • Jack Beauregard : « C’est ton siècle, ce n’est plus le mien. »
  • Jack Beauregard : « Tu brilles aussi fort qu'un miroir de bordel, même un aveugle te verrait à dix lieues d’ici.  »
  • Jack Beauregard : « Il est souvent plus difficile de finir que de commencer. »
  • Le vieux prospecteur  : « Celui qui vit par l’épée finit toujours par la recevoir dans le cul. »
  • Jack Beauregard (à propos de la fable du poussin, de la vache et du coyote de Personne) : « Ceux qui te mettent dans la merde ne le font pas toujours pour ton malheur, ceux qui t’en sortent ne le font pas toujours pour ton bonheur, alors quand tu es dans la merde, tais-toi ! »
  • Jack Beauregard : « Tu crois encore aux fables et à leurs morales ? »
  • Jack Beauregard, après avoir tiré quatre balles sur le chapeau de Personne pour le faire voler au loin, Personne s'exclame: « Quatre dragées et un seul trou ! Comme au bon vieux temps ! » Beauregard réplique alors : « Il n'a jamais existé, le “bon vieux temps” ! »
  • Jack Beauregard : « La distance rend l’amitié plus chère, et l’absence la rend plus douce. »
  • Jack Beauregard : « Tu es jeune en nombre d'année et vieux en nombre d'heure »
  •  

    Photos,Extraits

    Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !