Tombée d'une couchette, elle attaque la Corsica Ferries

 

Tombée d'une couchette, elle attaque la Corsica Ferries

Hélène Larsen, une passagère de 37 ans, qui voyageait dans la nuit du 28 au 29 juin sur un navire reliant Toulon à Bastia dit avoir chuté de sa couchette. Elle s'en est sortie avec une triple fracture du nez. (Photo DR)

Le 28 juin, Hélène Larsen, 37 ans, embarque à Toulon sur un bateau de la Corsica Ferries pour rejoindre Bastia et profiter de vacances avec son compagnon et ses deux jeunes enfants.  Elle n'atteindra jamais l'île de Beauté en raison des multiples blessures dont elle a été victime durant la traversée, en pleine nuit.

Mardi 20 septembre, par l'intermédiaire de Me Frédéric Casanova, son avocat toulonnais, elle va intenter une action en référé devant le tribunal de grande instance de Toulon pour obtenir la condamnation de la compagnie.

Pas de barrières de sécurité

«Elle souhaite que la Corsica Ferries prenne conscience des dangers qu'elle peut faire subir à ses clients en n'assurant pas des règles élémentaires de sécurité. À deux centimètres près, elle heurtait la tête et pouvait se rompre les cervicales. » Son préjudice physique devrait ainsi être évalué afin de fixer une éventuelle indemnisation.

Allongée sur le lit supérieur d'une cabine du navire, elle est tombée dans la nuit du 28 au 29 juin, en raison de l'absence de barrières de sécurité autour de sa couchette.

Il est 2 heures. Hélène dort. Dans son sommeil, elle se retourne. Rien ne la retient. Son corps aurait alors basculé. Sa tête heurte brutalement sol. Alerté, le médecin du navire l'ausculte. Son état nécessite l'intervention d'une équipe extérieure.

Le navire est dérouté vers Nice. À 4 h, la mère de famille est prise en charge par le SAMU et elle est hospitalisée à Saint-Roch. À l'issue des examens médicaux, le diagnostic tombe : triple fracture du nez.

Une interruption temporaire de travail est établie à 21 jours. Outre les stigmates physiques, cette chute a mis à l'eau toutes les vacances de la famille. « Sans un seul mot de la compagnie… », relève le conseil de Mme Larsen. Peggy POLETTO

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !