un parasite à l'atterrissage

Mercredi 28 octobre 2009, 15h02

Ce ne sont pas ses parents, mais les autorités anglaises qui ont privé un jeune Anglais de télévision il y a quelques jours. Et cela n'avait rien à voir, bien évidemment, avec une punition après une mauvaise note. Vraisemblablement, le poste de ce jeune habitant du nord de Londres parasitait l'atterrissage des avions sur l'aéroport voisin de l'aéroport de Luton.

Comme beaucoup d'écoliers, Nickie Chamberlain, 12 ans, aime bien regarder des dessins animés ou des chaines musicales. Mais il y a trois semaines, un représentant du Bureau des Communications (le CSA local) est venu sonner chez lui pour confisquer l'antenne bon marché qui lui permettait de capter tant bien que mal ses programmes préférés sur son petit écran rien qu'à lui. En effet, l'homme a expliqué aux parents du petit Nickie que l'antenne émettait sur les mêmes fréquences que celles dont se sert la tour de contrôle de l'aéroport de Luton pour guider les avions au moment de l'atterrissage.

Un peu énervé, le père de l'enfant a eu du mal croire qu'une toute petite antenne de maison pouvait à ce point perturber les communications aériennes. Mais le représentant du Bureau des Communications était formel, il avait d'ailleurs utilisé un émetteur sonore pour détecter la fréquence responsable qui l'avait mené à cette maison, dans la chambre du petit Nickie. "Quand j'ai compris ce qu'il se passait j'étais d'abord énervé de ne plus pouvoir regarder mes cartoons, mais c'est quand même mieux que de provoquer un crash d'avion", confie gentiment le petit Nickie aux journalistes du Telegraph. En fin de compte, tout le monde était sur la même longueur d'onde.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !