"Il y a deux ans, elle était de 4.810,90 mètres, donc il y a peu d'évolution", a déclaré lors d'une conférence de presse un géomètre-expert, Bernard Dupont.

Il a fait partie d'une expédition incluant le maire d'Annecy, Jean-Luc Rigaut, porteur de la candidature de sa ville aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, qui a effectué en septembre la cinquième opération de mesure du toit de l'Europe.

Cette campagne de mesures à but scientifique, menée à l'aide de GPS garantissant une précision centimétrique et dont les résultats ont été validés par l'Institut géographique national, a débuté en 2001, le Mont-Blanc mesurant alors 4.810,40 m.

En 2003 et 2005, l'altitude a diminué légèrement avant d'atteindre son altitude record en 2007 (4.810,90 m).

Les géomètres ont également mesuré la calotte glaciaire, découvrant que le volume de neige au-dessus de 4.800 mètres avait diminué par rapport à 2007, passant de 24.062 mètres cube à 21.626 m3 en 2009, en raison de faibles chutes de neige au sommet.

Si ces mesures sont "révélatrices d'une météorologie, elles peuvent difficilement être liées à un réchauffement avéré", a souligné Emmanuel Le Meur, glaciologue au Centre national de la Recherche scientifique (CNRS) de Grenoble.

"On a d'autres indicateurs comme la température de la glace qui, d'un point de vue climatique, nous semblent plus pertinents que la topographie de la calotte" et qui apportent "des preuves tangibles d'un réchauffement avéré", a-t-il ajouté.

Selon lui, seules des mesures réalisées à environ 3.000 m d'altitude, où se produit une fusion estivale, permettent d'évaluer l'impact climatique, qui s'évalue en outre sur une trentaine d'années.

Les géomètres-experts ont par ailleurs observé entre 2007 et 2009 un déplacement horizontal de la crête de 26 m vers l'Italie, le sommet du Mont-Blanc continuant néanmoins à être situé en France sur la commune de Saint-Gervais (Haute-Savoie).

Gilles Gobbo, météorologue-nivologue, a donné comme explication à ce phénomène des "vents forts tempétueux" sur cette période.

Les nouvelles mesures officielles du Mont-Blanc sont utilisées par les scientifiques et figureront sur les prochains manuels scolaires.

 

AFP, Mise a jour: 05/11/2009 17:51