le coup d'envoi du chantier est donné

 

Le chantier du Nice Stadium vient de débuter. Ce stade de 35 000 places sera prêt pour le lancement de la saison 2013 de l’OGC Nice.  
Le chantier du Nice Stadium a débuté. Le premier coup de pelle… mécanique a été donné à Saint-Isidore dans la plaine du Var par l’entreprise niçoise Garelli, chargée d’effectuer les travaux de terrassement. Hier, 50.000 mètres cubes de cailloux avaient déjà été déplacés par les engins.

Les grands moyens

« Nous avons deux mois de travail devant nous pour décaper le terrain et réaliser les socles en béton qui recevront les sept grues nécessaires à la construction » explique José Garelli. Qui a mobilisé les grands moyens pour tenir les délais : cinq pelles hydrauliques de 50 tonnes, 14 « dumpers » (des camions mastodontes pour déplacer la terre), deux bulldozers, deux compacteuses et une arroseuse pour empêcher la poussière de voler à tous vents. « Pour notre entreprise, c’est un chantier emblématique. Nos employés sont très fiers de participer à la construction du stade, il y a un véritable engouement » note le P.d-g.

Sur une surface importante – l’équivalent de plusieurs stades de foot – les machines ont déjà creusé une sorte de bassin à ciel ouvert. Le va-et-vient des camions est incessant. « Nous creusons pour les fondations qui seront coulées cet automne » explique le directeur général de l’entreprise de terrassement, Pierre-Paul Bernardi. Fin septembre, 200.000 mètres cubes auront été enlevés et stockés sur le site. Plus tard, lorsque les murs auront été élevés, ils seront réutilisés sur place comme remblai. « Tout a été pensé pour éviter la mise en décharge. »

Jusqu’à 1.000 employés

Cette phase préparatoire achevée, les entreprises du Groupe Vinci passeront à la construction proprement dite. « Le Nice Stadium sera prêt pour l’ouverture de la saison 2013 de l’OGC Nice et pour les jeux de la Francophonie » se réjouit Christian Estrosi. Il accueillera aussi des rencontres de l’Euro 2016.

Entre-temps, entre 500 et 600 employés en moyenne auront travaillé sur le chantier. Avec des pointes jusqu’à 1.000 pour les périodes les plus intenses. Parmi ces ouvriers, entre 20 et 30 équivalents temps plein de jeunes en formation insertion. « La sous-traitance locale aura aussi une part importante, avec 30 % du chantier qui seront confiés à des entreprises du sud-est. Cela représente 200 emplois pendant deux ans » précise le député-maire de Nice.

Pour ce chantier, l’architecte Jean-Michel Wilmotte a prévu des techniques innovantes : une charpente à forte dominante bois, un « mur soufflant » qui permettra de ventiler le stade selon le principe des persiennes méditerranéennes, de la géothermie pour les locaux, la récupération de l’eau de pluie pour une autonomie totale de l’arrosage du stade et du parc paysager l’entourant et 16.000 mètres carrés de panneaux solaires qui doivent compenser la consommation électrique. Une conception dont le stade de Nice est encore le seul à bénéficier, et qui permettra de recevoir les 35.000 spectateurs (version foot) et 45.000 (version spectacles) dans les meilleures conditions de confort.

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !