10 astuces pour photographier un sujet en mouvement

10 astuces pour photographier un sujet en mouvement

 

suivre-sujet-1006978.jpg

Pour obtenir un effet de filé, comme sur la photo ci-contre, le principe est de suivre la trajectoire du sujet. On déclenche alors quand il passe devant soi, lorsqu’il est parfaitement de profil, afin de renforcer la sensation de vitesse. En adaptant correctement son temps de pose(entre 1/30s et 1/200s par exemple), le décor apparaîtra flou tandis que le sujet est bien net.
Les véhicules rapides sont souvent difficiles à photographier. © MICKAEL GODARD
point-vue-1007014.jpg

Choisir un point de vue

Le point de vue tient également une place importante dans la réussite de ce type de photo. En fonction de l’angle choisi, par rapport au sujet mais aussi par rapport au décor, le photographe pourra le mettre en avant, et même exagérer la réalité.

Sur les deux photos ci-contre, les distances et les différentes échelles déplacent les repères, faussant alors les impressions du spectateur.

Utiliser la plongée ou la contre-plongée peut être une idée originale pour vos prochaines photos.

En choisissant un point de vue atypique, vous pouvez exagérer un mouvement. © Emmanuelle Brochet et Sam Oulmou
figer-1007042.jpg

Figer le mouvement

Garder la sensation de mouvement est souvent recherché, mais les photographes s’intéressent également à sa décomposition. 
Figer ainsi un pas de danse, une action, permet de bien distinguer sa dynamique. Pour figer, il faut régler son appareil de telle sorte que la vitesse d’obturation est assez rapide. Il faut bien sûr l’adapter à la vitesse du sujet, au 1/1000s par exemple. 
Cependant, cette technique a une limite : par faible luminosité, il faut ouvrir son diaphragme au maximum ou augmenter la sensibilité.
mode-rafale-1011110.jpg

Utiliser le mode rafale

Les joueurs de tennis ou de volley par exemple sont parfois difficiles à prendre en photo. Déclenchement au mauvais moment, appareil trop lent...la solution est de passer en mode rafale. 

Certains compacts en sont équipés, mais le reflex reste une bonne référence pour ce type de prise de vue. Le principe est alors de déclencher du début à la fin du mouvement, pour ensuite sélectionner LA bonne photo

autofocus-1007072.jpg

L’autofocus intelligent

La mise au point est souvent problématique en photo de sport. Le sujet bougeant assez rapidement, il arrive que l’autofocus n’arrive pas forcément à suivre. Heureusement, les fabricants proposent différents modes d’autofocus, dont l’Aiservo.

Une fois le sujet visé, l’appareil fait la mise au point seul alors que le photographe suit le déplacement.

La prise en main est un peu délicate au début mais ce mode est très efficace et utile.

L’autofocus intelligent suit le déplacement du sujet. ©  Bernard MUGICA
bon-moment-1007089.jpg

Le bon moment

Même si le numérique permet de multiplier ses chances, patience du photographe et anticipation sont de bonnes clés pour obtenir de beaux clichés.

Un évènement sportif est un lieu propice pour saisir un instant où peuvent se croiser plusieurs sujets intéressants.

L’autre atout, c’est de bien préparer sa photo, de faire quelques essais avant le moment qui pourrait donner un beau cliché : au bon endroit, au bon moment, ne suffisent pas toujours.

Au bon endroit, au bon moment. © Elodie FABRE

bon-mode-1007003.jpg

Choisir le bon mode

Le mode priorité vitesse est un bon compromis pour réussir une photo d’un sujet se déplaçant, à condition de sélectionner la bonne vitesse d’obturation. 
Faites quelques tests avec plusieurs temps de poses, puis choisissez celui qui vous semble le plus adéquat. 
Avec ce mode "semi-automatique", particulièrement utilisé pour les photos de sport, l’appareil gère lui-même l’ouverture du diaphragme.
flouter-1007050.jpg

Flouter le sujet

L’eau qui coule ou une foule de gens dans une rue permettent de facilement s’amuser avec son appareil pour obtenir des résultats originaux.

Pour les flouter, il suffit de baisser la vitesse d’obturation, de 1 à 30 secondes par exemple.

L’utilisation d’un trépied est indispensable pour éviter le flou de bougé. Lorsque la luminosité ambiante est trop importante, vous pouvez également être amenés à mettre un filtre gris neutre devant votre objectif pour "stopper" en partie la lumière entrante.

manuel-1007079.jpg

Régler la mise au point

L’autofocus intelligent peut aussi avoir ses limites, notamment si le sujet apparaît au dernier moment, comme lorsqu’une voiture de rallye sort d’un virage aveugle. La solution consiste à prévoir l’endroit où le sujet passera, de régler sa mise au point manuellement et de patienter.

Peu d’appareils compacts permettent de régler son focus manuellement : dans ce cas, bloquez votre mise au point sur l’endroit voulu, pour la "mémoriser", en appuyant à mi-course sur votre déclencheur, et attendez que le sujet entre dans le cadre.

flash-1007032.jpg

L'utilisation du flash

Difficilement applicable sur un sujet éloigné, la technique au flash, appelée également synchronisation au deuxième rideau permet d'obtenir un effet de flou alors que le sujet est net.

Les réglages ne sont pas compliqués et la technique demande un peu de pratique : utilisez une vitesse d'obturation en-dessous du 1/60 et faites votre cadrage.

Même si le sujet bouge vite, la vitesse d'éclair du flash permettra de le rendre net. De plus, cette technique permet d'éclaircir l'ambiance par faible luminosité.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 19/10/2011